Accueil du site > Vu pour vous > Quelles ondes pour quel monde ?

Quelles ondes pour quel monde ?

lundi 24 octobre 2011, par Etienne

On l’a lu dans la presse de la semaine dernière, , Selon une étude danoise, les portables n’auraient pas d’incidence sur l’occurrence du cancer du cerveau (gliome). Ca va dans un sens, ça va dans l’autre au rythme des études scientifiques. Les journaux ont relayé avec force ce message. Youpie ! Merci les danois.
Ce signifie cet article, c’est qu’au Danemark, dans les conditions d’étude, l’échantillonnage et le protocole utilisé, les statistiques réalisées tendent à montrer qu’il n’y a pas de lien entre un type de cancer de cerveau (gliome) et l’utilisation du portable.

Les chercheurs danois ont travaillé sur près de 360.000 personnes. Sur la période, 10.729 tumeurs du système nerveux central ont été constatées, mais en nombre quasiment égal chez les personnes utilisant un téléphone mobile et chez les autres. Cependant, les chercheurs n’excluent pas qu’une augmentation du risque apparaisse chez les très gros utilisateurs sur une durée supérieure à 15 ans. On n’est donc certainement pas encore dans le registre des certitudes.

Lors d’un colloque sur le thème : "Quelles ondes pour quel monde ? Impacts sur la santé." organisé par l’ULg le 20 octobre, le professeur Verschaeve de l’Institut de Santé Publique ISP, a correctement expliqué qu’en matière d’apparition de cancer et gsm, les personnes qui soutiennent qu’il y a un effet ont parfaitement raison et ceux qui soutiennent le contraire ont aussi parfaitement raison.
Pourquoi cette ambiguïté, simplement parce que les études actuelles ne parviennent pas à dégager globalement un effet ou une absence d’effet. Dans l’ensemble des études réalisées, il y a cependant Interphone, une vaste méta analyse épidémiologiques qui tend à montrer qu’il y aurait un effet pour une utilisation de 30 minutes par jour. 30 minutes, c’est peu et beaucoup à la fois.

Sur base d’Interphone notamment, n’oublions pas que le Comité International de Recherche sur le Cancer (OMS) a classé eu printemps l’exposition aux rayonnements gsm en 2B, cancérigène possible. L’étude danoise n’est donc qu’un élément qui trouve sa place dans une vaste recherche d’une certitude. Ce qui tend à dire qu’il est toujours d’actualité d’appliquer le principe de précaution car le doute persiste et cela risque de durer encore quelques années.

A ce colloque à Liège, nous n’avons malheureusement pas entendu beaucoup d’information concernant le risque potentiel accru pour les enfants et les adolescents et les mesures à adopter pour réduire son exposition. C’est dommage.

Donc en conclusion, je dirais continuons d’appliquer les conseils de réduction de son exposition :
- Privilégions les oreillettes ou le haut-parleur
- Favorisons les sms
- N’exposons pas les enfants en-dessous de 12 ans au gsm
- Téléphonons dans de bonnes conditions de communication (pas en mouvement, pas en train ou en voiture, etc.)
- Revenons au téléphone fixe avec fil

Plus d’infos sur l’exposition aux champs électromagnétiques : Fiche Santé Habitat : " Je peux réduire mon exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques dans ma maison !"