Accueil du site > Pollution intérieure > Précaution et Prévention

Précaution et Prévention

jeudi 5 novembre 2009, par Etienne

En matière de pollution, intérieure ou extérieure, on entend souvent parler de principe de précaution et de principe de prévention.
Ce sont deux notions proches et que l’on confond parfois.

Le principe de prévention incite à prendre des mesures radicales de réduction de l’exposition à une substance quand des certitudes scientifiques sont acquises sur son impact sur la santé et/ou l’environnement.

Cependant ; l’expérience montre que le chemin est parfois long et tortueux pour en arriver à arrêter ces fameuses certitudes scientifiques.
Un exemple bien connu : l’amiante, dont l’intérêt technique, mais aussi l’effet sur la santé, sont connus depuis longtemps [1]. La médecine a d’abord suspecté son lien avec certaines maladies respiratoires, c’était au début du 20è siècle, avant de concevoir des certitudes de lien de cause à effet, à partir de 1955. L’OMS a décrété l’amiante cancérigène avéré sous toutes ses formes en 1977. En Belgique, l’amiante est interdit depuis 1998.

La levée des incertitudes scientifiques prend donc du temps et retarde les processus de prise de décision.

Le principe de précaution propose d’agir en fonction d’éléments de preuve, mais sans attendre de certitudes absolues. C’est un principe d’action car il implique de se donner les moyens d’anticiper l’impact sanitaire et social. C’est aussi un principe d’éthique parce qu’il est protecteur pour la population. Il se construit à partir d’indices et de signaux , même faibles, d’alertes lancées, y compris pas des citoyens, usagers et professionnels extérieurs à l’appareil institutionnel d’expertise. [2]

Notes

[1] Pline l’Ancien au début du millénaire (vu sur (Wikipedia)).

[2] BLANDIN, M.-C. 2008. Rapport sur les risques et dangers pour la santé humaine de substances chimiques d’usage courant : éthers de glycol et polluants de l’air intérieur. Evaluation de l’expertise publiques et des choix opérés. T.1 Conclusions du rapporteur. Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.