Accueil du site > Lu pour vous > Pollution intérieure et milieu scolaire

Pollution intérieure et milieu scolaire

jeudi 18 avril 2013, par Etienne

Nous pouvons lire dans le journal "Le Soir" de ce jour les premiers résultats d’une enquête menée par l’École de Santé Publique de l’ULB concernant la qualité de l’air dans 3 établissements scolaires.

Sans constater de situations catastrophiques, ils ont malgré tout relevé la présence de 4 polluants dans des concentrations supérieures aux normes de santé.

Il s’agit :

  • du formaldéhyde. Composé organique volatil mieux connu sous le nom de formol. Ce conservateur est présent notamment dans de nombreuses colles de panneaux à particules et vernis. Irritant reconnu des voies respiratoires et du système nerveux. Il est classé cancérigène pour les voies respiratoires supérieures par le CIRC (Comité International de Recherche sur le Cancer). Une des mesures était de 0,192 milligrammes (mg)/m³ alors que la recommandation de l’OMS est de 100 mg pour une période de 30 minutes (pour information, une seule cigarette produit en fumée 1 à 2 milligrammes de formaldéhyde). La recommandation tombe à 0,010 mg/m³ pour les personnes sensibles !
  • les particules fines. Elles sont produites principalement par les fumées de combustion (chauffages, industries) et par le trafic routier. Elles touchent principalement les voies respiratoires.
  • l’ozone. Certains appareils d’impression comme les imprimantes et les photocopieurs produisent de l’ozone. L’ozone agit aussi sur les voies respiratoires.
  • le CO2. Ce n’est pas un gaz toxique mais il est asphyxiant. A partir de 1000 ppm, il dépasse la norme. Il agit négativement sur l’attention et les performances scolaires des enfants. L’enquête a relevé une concentration dans une classe de 4290 ppm ! Un petit coup de mou en perspective !?

Le meilleur conseil, renouveler l’air régulièrement, au minimum à toutes les récréations. Respecter le chronomètre et ne pas dépasser 15 minutes en hiver au risque de refroidir les parois et de provoquer des phénomènes de condensation, et d’augmenter la quantité d’énergie nécessaire pour réchauffer l’air et la structure.

N’hésitez pas à relire notre fiche conseil : Je peux renouveler efficacement l’air intérieur de ma maison !