Accueil du site > Lu pour vous > Plante en pot dépolluante ?

Plante en pot dépolluante ?

lundi 5 juillet 2010, par Etienne

Dans le Journal de l’Environnement, un article relate les échanges lors d’une rencontre à Lille autour de la capacité des plantes d’appartement à dépolluer l’air intérieur.

L’article se termine par :
"Pour résumer, toutes les études montrent qu’en laboratoire, « les plantes possèdent des capacités d’abattement avérées vis-à-vis de polluants gazeux tels que le monoxyde de carbone, les COV et le formaldéhyde, par exemple ». Ces études en enceintes expérimentales sont réalisées à des concentrations supérieures à celles rencontrées dans l’air intérieur, sur des substances seules et pendant des durées limitées. Plus précisément, il apparaît que l’ensemble substrat/racine/plante possède une action plus efficace que la plante (feuille) seule, grâce aux micro-organismes du sol.
Bonne nouvelle donc. Cependant, certains facteurs limitants peuvent réduire l’efficacité potentielle des plantes (température, humidité relative, luminosité, ainsi que surface, rugosité et densité foliaires…). L’équilibre qui s’instaure entre les concentrations des substances présentes dans l’air et celles à l’intérieur du végétal est également à prendre en compte, de même que la saturation au fil du temps de l’accumulation des polluants à l’intérieur des végétaux. De ce fait, en l’état actuel de connaissances, encore limitées, l’utilisation de plantes en pot n’apparaît pas efficace pour éliminer les polluants de l’air dans les espaces clos, à l’échelle d’une pièce. « Les caractéristiques d’ambiance des milieux intérieurs (mouvements d’air réduits, température constante, faible hygrométrie, luminosité) ne sont pas propices à optimiser les facultés d’accumulation des polluants par les végétaux », explique l’OQAI. L’utilisation d’étiquettes mentionnant les vertus dépolluantes de certaines plantes vendues dans le commerce est donc prématurée à ce jour. De même, « il n’est aujourd’hui pas possible d’émettre des recommandations pratiques pour le grand public concernant, par exemple, le nombre et le type de systèmes de biofiltration à installer dans un logement, et leurs conditions d’entretien »."

Pour complément d’information, des études scandinaves (je n’ai pas retrouvé les liens sur Internet) avaient montré dans le contexte scolaire que l’attention des enfants était améliorée par la présence de plantes dans les classes. En corollaire à la nécessité d’assurer une circulation de l’air dans le local et inclure toutes les parties de la plante, les chercheurs avaient installer un système de soufflerie qui "forçait" le passage de l’air par la terre et les racines. Si vous retrouvez de l’info sur ce thème, nous sommes preneurs.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à relire notre article sur les plantes dépolluantes et la très bonne et très complète synthèse du travail l’épuration de l’air intérieur par les plantes, l’ADEME, l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur et la Faculté de pharmacie de Lille font le point

N’oubliez pas que limiter l’apport de substances chimiques dans les logements et assurer un renouvellement de l’air adéquat restent la meilleure façon de réduire l’humidité et la concentration des polluants de l’air intérieur. Cependant, nous pensons que quelques plantes bien choisies et bien entretenues apportent leur contribution à un air intérieur moins pollué. Et si, in fine, ce n’était pas "prouvé" scientifiquement, vous n’aurez, je pense, pas perdu votre temps en "verdurisant" votre espace intérieur, avoir des plantes chez soi apporte beaucoup de plaisir et participa à une certaine forme de sérénité.