Accueil du site > Lu pour vous > Les dessous toxiques de la mode

Les dessous toxiques de la mode

On est dans de beaux draps

jeudi 22 novembre 2012, par Aurélie

Greenpeace international a lancé en juillet 2011 une vaste campagne intitulée Detox, elle vise notamment à dénoncer les pratiques toxiques des fournisseurs des grandes marques du textile.

Plusieurs études ont déjà été publiées depuis lors par l’association. La dernière en date et dévoilée le 20 novembre 2012 se penche sur les produits toxiques utilisés par les grands marques de vêtements pour fabriquer ceux-ci. Elle diffère des précédentes quant au nombre plus important de marques testées - 20 en tout - mais également à l’éventail plus large de produits chimiques étudiés. Ces marques ne nous sont pas inconnues : Mango, C&A, Esprit, Zara, …autant de chaînes que vous et moi avez sans doute déjà visités.

Les résultats ne sont pas surprenants.

Des phtalates toxiques, des perturbateurs endocriniens (dérivés des éthoxylates de nonylphénol - NPE) et d’autres amines cancérogènes ont été détectés dans de trop nombreux articles et dans des quantités bien trop élevées. Ces substances ont toutes en commun leurs effets délétères - à toutes les étapes de leur cycle de vie - sur l’environnement et les organismes vivants dont nous faisons partie.

Pour Greenpeace, l’« utilisation de substances intrinsèquement dangereuses telles que les NPE, les phtalates ou les colorants azoïques susceptibles de libérer des amines cancérogènes, est tout simplement inacceptable ».

L’organisation en appelle

  • aux multinationales de l’industrie textile afin qu’elles développent des solutions globales visant à mettre fin à l’utilisation des substances toxiques et à l’adoption de bonnes pratiques d’un bout à l’autre de la chaîne d’approvisionnement,
  • aux gouvernements pour la mise en place d’un objectif « zéro rejet »,
  • ainsi qu’aux citoyens, en tant que consommateurs, « c’est-à-dire complices involontaires et victimes potentielles des rejets toxiques dans l’environnement ».

Et pour finir, elle frappe fort, en créant un faux-site Zara savamment construit pour que les Zara-addicts prennent conscience de la dangerosité des produits chimiques utilisés, utilisant les slogans choc du style "Plus Jamais Fashion Victime" , "Zara a un sale petit secret", ou encore "Zara est accro aux produits chimiques dangereux". A voir comment la marque réagira…

Nous voilà informés, à nous de nous positionner comme consom’acteurs et nous interroger sur nos choix et nos achats vestimentaires.

L’étude complète de Greenpeace en anglais

Le résumé du rapport en français