Accueil du site > Lu pour vous > La fourmi, le protozoaire et le gsm

La fourmi, le protozoaire et le gsm

mardi 17 juillet 2012, par Etienne

On dirait une fable de La Fontaine mais ce n’est que l’association des trois héros du communiqué de presse de l’association Teslabel. Il relate les résultats d’expériences exposant des fourmis et des protozoaires (organismes unicellulaires) à des rayonnements électromagnétiques d’intensité comparable à ceux d’un GSM.

Les résultats sont intéressants, perte de mémoire, perturbation des mécanismes d’apprentissage chez la fourmi, perturbations des mécanismes physiologiques chez la paramécie (protozoaire).

Évidemment, ce sont des organismes plus rudimentaires que l’être humain. Mais leur simplicité ne devrait-elle pas les assurer de plus de résistance ? Et puis ne sommes-nous pas composés de cellules assemblées ? Avec des systèmes de contrôle et de réparation, mais sont-ils suffisants face à ces exposition répétées…

Sans polémiquer sur les problèmes des chercheurs pour trouver les fonds pour réaliser leurs études ou publier leurs résultats (on nous dit ce qu’on veut bien nous dire), ces études sont intéressantes pour les questions qu’elles soulèvent concernant la santé des organismes vivants aux rayonnements électromagnétiques. Cela relance le débat en intégrant une dimension environnementale. Si par exemple les abeilles sont profondément perturbées par les rayonnements électromagnétiques, qui va assurer la pollinisation végétale ?
Remarquez la question se pose aussi pour l’impact des pesticides sur les mêmes abeilles et les conséquences pour les équilibres des écosystèmes.

La fourmi, le protozoaire et le GSM, Communiqué de presse de l’association Teslabel.

Concernant le gsm, ne manquez pas de relire notre fiche d’information Santé et Habitat : "Je peux réduire mon exposition aux champs électriques, magnétiques et électromagnétiques !".

Bonne lecture !