Accueil du site > Vu pour vous > 13 mai : Bruxelles - Hopital Erasme

13 mai : Bruxelles - Hopital Erasme

Colloque Environnement basse fréquence : effets sur la santé

jeudi 21 mai 2009, par Etienne

JPEG - 794 ko

Le BBEMG (BelgianBioElectoMagnetic Group) organisait une présentation de 4 années de recherche des effets sur la santé de l’environnement électrique basse fréquence. Les rayonnements électriques basse fréquence sont les champs électriques et magnétiques émis par la circulation du courant dans le réseau électrique de distribution. Sa fréquence est de 50 Hertz. Il ne s’agit pas des champs électromagnétiques de haute fréquence émis par la téléphonie mobile, Wi-fi… Pour des définitions de la terminologie, des questions pratiques, je vous renvoie à l’excellent site du BBEMG



Ce que j’en retiens :

La question fondamentale est toujours de mettre en lien une exposition, en l’occurrence aux champs électriques et magnétiques, et une pathologie. Il y a plusieurs voies d’investigation :
- les études épidémiologiques : le sujet est l’humain, ces études sont complexes, longues et coûteuses, elles considèrent de grands groupes de personnes ;
- les études sur l’animal : le problème est l’extrapolation des résultats à l’humain ;
- les études in vitro : on travaille sur des tissus cellulaires, voire des cellules, mais on ne bénéficie pas des mécanismes de réparation de l’organisme. Il est perturbant de constater :
- pour les épidémiologistes, c’est la méthodologie (éprouvée et sans faille) qui fait la qualité d’une étude. Ils répartissent ensuite les études en fiables et moins fiables. L’analyse des résultats vient ensuite ;
- avec les ondes électomagnétiques, la difficulté réside souvent dans la non reproductibilité de certains résultats, parfois dans le même laboratoire !!!
- les études sont du domaine de la statistique, c’est donc au politique à prendre des mesures afin de protéger la population.

Champs électriques basse fréquence et leucémie infantile. C’est la seule pathologie pour laquelle les études épidémiologiques ont démontrer un lien statistique avec une exposition aux champs magnétiques basse fréquence. Statistiquement, en prenant 0,4 microTesla comme valeur de champ magnétique, on estime actuellement qu’un cas de leucémie tous les 2 ou 3 ans pourrait être imputable aux champs électriques basse fréquence. Selon une étude de terrain en cours, 2 % des enfants belges seraient exposés à des valeurs supérieures à 0,4µT. Attention, les lignes à haute tension ne sont pas les seules sources de champs magnétiques basse fréquence. Tous les appareils électriques branchés sur le secteur en produisent. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du BBEMG .

Champs électriques et autres pathologies. Pour l’Alzeïmer,les tumeurs du cerveau…, il y a des études qui montrent un lien, mais elles sont cataloguées peu fiables par les épidémiologistes. Donc il y a peut-être un lien, mais actuellement il n’est pas prouvé. Pour d’autres maladies comme le cancer du sein, ou les maladies cardio-vasculaires, il n’y a aucune étude actuellement qui montre un lien statistique.

Évidemment, la science évolue en permanence et la qualité des études aussi. Ces conclusions ne sont donc pas à prendre comme des vérités absolues, dans un sens comme dans l’autre. On conçoit évidemment mieux la complexité de la situation dans les processus de prise de décision. Néanmoins, en matière de santé, le principe de précaution devrait primer sur toutes autres considérations.

L’électrosensibilité. Pour rappel, ce sont des personnes qui déclarent souffrir directement ou en différé suite à une exposition à des champs électromagnétiques. Les scientifiques éprouvent les plus grandes difficultés à mettre en évidence des liens de cause à effet ou des mécanismes physiologiques pour expliquer la souffrance exprimée par les patients. J’ai apprécié la prise de parole d’une personne électrosensible. Sa courageuse intervention dans ces débats rigoureux de précision et de méthodologie remettait bien l’humain au centre des préoccupations. Les personnes électrosensibles ne fuient pas le progrès et la technologie. Au contraire, mais Progrès et technologie les mettent irrémédiablement en marge de la société. Délicat problème.

Encore un mot sur les étonnantes utilisations des champs magnétiques. Un médecin est venu présenter des applications orthopédiques dans les processus de réduction de fracture et de multiplication cellulaire, étonnant.

Basse fréquence et haute fréquence. On regrettera que les champs magnétiques haute fréquence (radiofréquence et autres) ne fassent pas l’objet d’un même investissement de la part de partenaires privés. Le BBEMG est soutenu par Elia (le transporteur du courant en Belgique) avec contractuellement une liberté scientifique totale. Ça laisse rêveur. Il serait bon d’imposer aux développeurs de téléphonie mobile d’apporter aussi la preuve de l’innocuité de leur technologie.

Pour finir, quelques conseils pratiques pour les champs basse fréquence : Les recherches en cours étudient les courants de contact générés dans les maisons par la présence de champs basse fréquence. La question cruciale est de déterminer leur impact potentiel sur la santé. Préventivement, on peut réduire ces courants de contact. Il y a deux méthodes très simples :
- Faire vérifier la mise à la terre de l’installation électrique
- Veiller à la présence d’un différentiel de 30 mA pour la salle de bains (obligation légale)

Restez attentif, dans les prochaines semaines, notre dernière fiche Santé-Habitat sera publiée et disponible en primeur sur notre site.